Nouveau phénomène sur les réseaux sociaux, petit parmi les grands, (mais déjà en phase de les concurrencer) BeReal s’impose comme LE réseau social du moment. Plus authentique que ses rivaux (Instagram ou TikTok) puisqu’offrant moins de possibilités de retouches et de filtrages, le réseau social n’en finit plus d’attiser les convoitises.

1 – Le phénomène BeReal

Ne dîtes pas à Alexis Barreyat et Kévin Perreau que leur concept s’inscrit dans la longue liste des réseaux sociaux déjà existants. C’est justement en quête d’authenticité et convaincus qu’un monde sans filtre et sans photos retouchées devait exister, qu’est naît “BeReal” (sois vrai). Simple et efficace, l’intitulé du réseau social est tout autant explicite que son slogan : “Tes amis pour de vrai”.

Leur volonté ? Un “anti-instagram” où prônent authenticité et spontanéité. Basé sur le partage de photos entre amis, son utilité est simple pour ne pas dire simplissime : chaque jour et de manière complètement aléatoire, l’application envoie une notification à ses utilisateurs et leur laisse deux minutes pour se prendre en photo en selfie, tout en activant la caméra arrière de leur téléphone pour un double cliché assez original. La première image est donc censée montrer la vraie vie de l’utilisateur. La seconde, captée en même temps avec la caméra frontale du téléphone, doit montrer le vrai visage de la personne, sans filtre, ni maquillage ou coiffure sophistiquée préparée pour l’occasion. 

Vous souhaitiez de l’authentique sans pour autant déconnecter complètement des réseaux ? BeReal l’a fait. Il ne lui reste plus qu’à conserver sa ligne de conduite pour ne pas se fondre dans la masse de ses concurrents …

2 – Be Real en chiffres, ça donne quoi ?

  • 2020 : l’application est lancée par deux français : Alexis Barreyat et Kévin Perreau tous deux passés par l’École 42 de Xavier Niel.
  • Été 2021 : Be Real enregistre plus de 10 000 téléchargements par jour revendiquant 400 000 utilisateurs réguliers.
  • Juillet 2022 : l’application était en tête des téléchargements dans l’App Store aux Etats-Unis et également bien placée dans le Play Store de Google. À cette même date l’application aurait été téléchargée 20 millions de fois d’après le cabinet Sensor Tower et revendique une valorisation de 600 millions de dollars. 
  • Septembre 2022 : BeReal figurait dans le top 3 des applications les plus téléchargées en France et au Royaume-Uni.

En bref, l’application fait face à une croissance exponentielle, et ce notamment auprès de la génération Z. Si son plus grand marché reste encore son pays d’origine (la France), les États-Unis arrivent juste derrière. Un succès outre-atlantique qui dépasse parfois ses créateurs puisqu’elle est régulièrement critiquée pour son manque de stabilité et ses bugs techniques. Mais en seulement deux ans d’ancienneté ne soyons pas trop intransigeants. Le concept n’en est qu’à ses débuts et sa popularité attire les convoitises de ses concurrents qui rivalisent d’ingéniosité pour intégrer de nouvelles fonctionnalités dans leurs applications pour lui emboîter le pas (et se redonner un petit coup de jeune par la même occasion).

3 – Be Real et Tik Tok, la guerre de l’authentique

Devant l’ampleur du phénomène, les autres réseaux sociaux n’ont pas tardé à réagir pour s’inspirer (/copier) ce qui fait le succès de l’application. On le sait, Tik Tok taille déjà la part belle à ses concurrents Instagram ou encore Facebook, s’adressant à une génération en quête de plus d’authenticité. Ce dernier ayant bien compris le message, la plateforme a choisi de répondre en lançant “TikTok Now”, un clone exact de l’application BeReal. Et n’allez pas croire qu’Instagram ou Snapchat sont passés à côté du phénomène puisqu’ils ont récemment lancé une nouvelle fonctionnalité d’appareil photo “double” sur leurs applications respectives. Instagram serait même en train de réfléchir à une nouvelle fonctionnalité intitulée “Candid Challenges” (défis sincères) qui reproduirait, elle aussi, à l’exactitude le concept BeReal. 

Et les marques non plus ne s’y sont pas trompées, flairant l’opportunité d’user de ce réseau social encore vierge de publicité pour toucher un jeune public utilisant la plateforme. Et si cet attrait des marques pour la plateforme paraît a priori bon signe, ne signent-elles pas déjà la fin du sacre de l’authenticité si cher à BeReal ? 

Affaire à suivre …